France 2011 : le retour du roman social ?

Les romans sociaux ont toujours fait partie du paysage littéraire américain. En 2011, c’est Franzen et Auster qui nous livrent deux grands romans de société, l’un sur les classes moyennes, l’autre sur les laissés-pour-compte. L’ambition de donner au monde le « grand roman américain » a toujours été celle des écrivains américains. Elle était déjà celle de John Dos Passos dans les années 30 avec la trilogie USA (1938), de Don DeLillo dans les années 70 avec Americana (1971) et de Philipe Roth qui en fit d’ailleurs le titre d’un de ses romans, The Great American Novel (1973) ou encore de Paul Auster en 1992 avec Leviathan. En France, après l’époque de Balzac avec La Comédie humaine (1822-1825) et de Stendhal, puis de Zola avec Les Rougon-Macquart (1871-1893) et de Flaubert, peu d’écrivains ont affiché une telle ambition. Changement en 2011 avec la parution de deux romans : L’art français de la guerre d’Alexis Jenni et Le Système Victoria d’Eric Reinhardt, un état de la société française de notre époque, chacun dans un genre très différent.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :